Cine

La Tristura

Théâtre

Espagne

 5, 6 février – 20H15

Durée 1h25

Espagnol surtitré français

(Manège)

Une pièce de La Tristura | Création & texte & : Itsaso Arana, Celso Giménez | Scénographie : Ana Muñiz | Création lumière et direction technique : Eduardo Vizuete | Assistant technique : Roberto Baldinelli | Création son : Eduardo G. Castro | Assistante : Violeta Gil | Traduction français : Marion Cousin | Communication : Paloma Fidalgo, Israel Paredes | Affiche et photo : Mario Zamora | Avec : Itsaso Arana, Fernanda Orazi & Pablo Und Destruktion  & Guests | Voix : Roberto Baldinelli, Javier Gallego, Eduardo G. Castro, Miren Iza, Adriana Salvo | Diffusion internationale : Claudio Ponzana | Production La tristura – Las naves espai de creació – festival de otoño a Primavera de La comunidad de madrid. COLLABORATION À LA PRODUCTION tafalla kulturgunea – teatro Pradillo – centro dramático nacional. | © DR.

Entre 1939 et 1975, plus de 300.000 enfants ont disparu en Espagne. On les a appelés "les bébés volés". Un trafic qui a perduré près de 40 ans, en toute impunité.

Entamé sous la dictature Franquiste et souvent avec la complicité de l'Eglise catholique, les enfants étaient retirés à leurs parents après l'accouchement, déclarés morts sans qu'on leur en fournisse la preuve et adoptés par des couples stériles, de préférence proches du régime "national-catholique". Après la guerre civile de 1936, l'objectif a été alors de punir les opposantes accusées de transmettre le « gène rouge » du marxisme.

Ensuite ce sont les enfants nés hors mariage, ou dans les familles pauvres ou très nombreuses, qui ont été davantage visés à partir des années 1950. Le trafic a perduré sous la démocratie, au moins jusqu'en 1987, pour des motifs « purement économiques ».

Dans CINE, La Tristura, l'une des compagnies les plus intéressantes du théâtre espagnol contemporain, évoque cet épisode douloureux de l’Histoire au travers d’un road movie documentaire, celui du voyage de Pablo en quête d’identité et de vérité. Un voyage qui l’amènera à découvrir son histoire et celle de son pays. Un spectacle profondément touchant qui met en lumière un drame trop longtemps occulté. 

1/7