Ghost Road III

Chantier de création

Fabrice Murgia/Cie Artara

Dominique Pauwels/LOD

muziektheater

Théâtre

Belgique

 5, 6 février – 20H15

Durée 1h15 - En français

(Salle B9/St Luc)

Après avoir sillonné les routes des Etats-Unis dans Ghost Road I et le désert d’Atacama au

Chili dans Children of Nowhere (Ghost Road II), Fabrice Murgia et son équipe nous emmènent en Russie à la découverte de la ville d’Oziorsk construite à la fin de la seconde guerre mondiale. 

À l’origine, c’est une ville secrète, un complexe militaro-industriel conçu afin de fabriquer et raffiner le plutonium pour les têtes nucléaires. Il s’agit néanmoins d’une ville et d’une organisation sociale ordinaires, avec des immeubles, des écoles, un hôpital, des supermarchés.

En septembre 1957, une catastrophe nucléaire survient dans l’usine de retraitement de combustibles. Classée au niveau 6 sur l’échelle internationale des événements nucléaires, c’est, avec la catastrophe de Tchernobyl et celle de Fukushima, l’un des plus graves accidents nucléaires jamais connus.

Et pourtant, jusqu’en 1993, les autorités soviétiques parviennent à maintenir cet évènement secret, laissant les habitants d’Oziorsk gérer cette contamination radioactive, qui menace alors le monde entier. 

Oziorsk est depuis une « ville fermée » et la plupart des villages alentour ont été évacués mais, il reste quelque milliers d’habitants qui continuent de vivre et de puiser l’eau contaminée de la rivière pour arroser leurs champs. 

C’est pour aller à la rencontre de ces personnes qui ont passé leur enfance dans cette ville interdite, ou dans les villes alentour, que Fabrice Murgia a fait appel à deux grands comédiens, David Murgia et Josse De Pauw. Ensemble, ils nous feront entendre les témoignages de ces hommes et ces femmes qui furent des enfants tenus de garder le secret sur l’existence d’Oziorsk.

« En arpentant la ville, en longeant la rivière et au travers de rencontres, les acteurs apprendront pro-gressivement l’existence de la catastrophe, et en comprendront les conséquences. Ils mélangeront les histoires récoltées à Oziorsk et les transposeront à un monde poétique, une ville fictive, tout aussi secrète, qui ressemble aux nôtres et qui serait la conséquence d’un monde où l’humain n’aurait pas pris conscience des dangers du nucléaire. Nous jouerons sur la différence de génération entre les deux comédiens pour évoquer deux perspectives pour l’humanité, la planète et le futur. Comme si, au milieu des cendres radioactives, il nous fallait continuer à rêver, passer le monde, lever le voile sur des vérités afin de poser des actes. »

Mise en scène : Fabrice Murgia | Musique : Dominique Pauwels | Avec : Josse De Pauw et David Murgia | Directeur technique : Giacinto Caponio I Production : LOD muziektheater, Cie ARTARA | Création Studio du Théâtre National Wallonie-Bruxelles | © DR.

CREATION SAISON 19/20 : du 12 au 22 septembre 19 au Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Capture d’écran 2018-11-23 à 13.30.53.pn