top of page

Stabat Mater

Janaina Leite
Brésil/Théâtre
En Portugais (brésilien) surtitré français

► je 2 & ve 3 février 20h30 - Salle B9/St Luc

Certaines scènes peuvent heurter la sensibilité de certaine·s· spectateur·rice·s
(Interdit aux moins de 18 ans)

Avec Janaina Leite, Amalia Fontes Leite, Lucas Asseituno | Dramaturgie, assistanat mise en scène : Lara Duarte, Ramilla Souza | Collaboration à la dramaturgie : Lillah Halla | Scénographie/costumes : Melina Schleder | Direction de production et direction technique : Carla Estefan | Assistanat de production/opération des sous-titres : Lara Duarte | Création lumières : Paula Hemsi | Adaptations, régie lumière : Maira do Nascimento | Installation, montage vidéo : Laiza Dantas | Création son, régie son et vidéo : Lana Scott | Préparation vocale : Flavia Maria | Création et conception audiovisuelle : Janaina Leite,

Lillah Halla | Direction de la photographie : Wilssa Esser | Participation à la vidéo : Alex Ferraz, Hisak, Jota, Kaka Boy, Loupan, Mike et Samuray Farias | Production et distribution internationale - Métro Management Culturel | Soutiens : la Comédie de Caen pour la construction des éléments de décor | Crédit texte : Théâtre de Caen | ©Andre-Cherri | Durée : 1h50

Janaina Leite est une autrice, actrice, metteuse en scène, chercheuse et performeuse brésilienne basée à Sao Paulo. Depuis ses débuts, elle s’intéresse à l’utilisation sur scène des matériaux documentaire et autobiographique et a synthétisé le fruit de ses recherches dans un ouvrage sur « l’auto-écriture performative ». Il en résulte un travail frontal qui ne recule pas devant les questions qui fâchent, ni les propositions indécentes.

Avec Stabat Mater, elle enfonce le clou. Le spectacle prend la forme d’une perfor-mance/conférence qui au prétexte d’évoquer la figure de la Vierge Marie convoque les modèles féminins et surtout celui de sa propre mère qu’elle met en scène aux côtés d’un acteur du porno. De cette violente confrontation surgissent les thèmes irréconciliables de la maternité et de la sexualité. C’est précisément dans cette zone de frictions que naît l’émotion. Mais c’est aussi parce qu’elles véhiculent de la pensée que les expériences scéniques de Janaina Leite continuent de résonner chez le·la spectateur·rice longtemps après la représentation.

A voir également les 3 & 4 février à 18h30 dans le cadre du

Focus Hiver Factory 

Toutes les villes détruites se ressemblent (étape de travail - 45')

©André Cerri

press to zoom

©André Cerri

press to zoom

©André Cerri

press to zoom

©André Cerri

press to zoom
1/4

+ After (PAF : 5€/soirée - gratuit pour les spectateur·rice·s du jour)

Jeudi 2.02 - 22h30 : Concert Z&T (slam) + MHO (rap)

Vendredi 3.02 - 22h30 : Anchoises et Crustacés + DJ set Jean Zen & Philizof 

bottom of page