top of page
toutes les villes.jpg

« Attention merveilleuse attraction attention !

Le MEMED (Musée Européen de la Mémoire et de la Destruction) arrive dans votre ville !

Nous cherchons des visiteur·euse·s pour le MEMED ! Le MEMED vous appelle ! Si vous laissez passer votre chance, il n'y en aura pas d'autre ! Quiconque se pose des questions sur son avenir a sa place parmi nous ! Tout le monde est le bienvenu ! Si vous décidez de nous rejoindre, nous vous félicitons ici et maintenant ! Mais dépêchez-vous, ne laissez pas passer cette occasion ! Nous ne reviendrons jamais ici !

Tou·te·s ceux·elles qui ne nous croient pas seront maudit·e·s ! »

 

Alors que la guerre fait rage en Europe, les visiteurs ne viennent plus et les gardiens et gardiennes du MEMED (Musée Européen de la Mémoire et de la Destruction) s’interrogent sur leur avenir. Où sont passés les visiteur· euse·s ? Comment vivre quand on se sent inutile ? Et à quoi bon le MEMED ?

 

Avec Maya Lombard, Pascal Jamault, Jules Bisson | Écriture et dramaturgie : Bogdan Kikena | Mise en scène et son : Magrit Coulon | Production : Nature II | Avec le soutien du Théâtre Océan Nord, la Chaufferie acte 1, la plateforme Factory, la Fabrique de Théâtre, MoDul, le Bocal, le BAMP | Durée : 45'

Capture d’écran 2022-12-02 à 14.58.49.png

Marceline fait de la poésie avec la merde de la vie. Elle recouvre le vomi de paillettes.

On peut appeler ça de la résilience si on se prend pour quelqu'un. Elle est blessée et fugue dans un monde édulcoré ou elle rencontre des gens comme elle : les ceux· elles-qui-font-commeils·elles-peuvent.

Il y a cette scène du film « Precious » qui me poursuit, celle ou l’actrice principale est abusée par son beaupère et en même temps elle se rêve star de téléréalité.

Je pense qu’il y a de ça dans Marceline. Tout se passe entre le rêve et la réalité au même moment présent. Peut-être que Pierrot se fait un shoot d’héroïne et dans le monde de Marceline elle le voit souffler des confettis, des rubans. Le sale côtoie le magnifique, les mondes et illusions s’effritent sans s’annuler.

 

 

 

 

 

 

 

Sur le plateau : Carole Lambert, Francois Badoud, Bastien Deleixhe, Cedric Legoulven, Amandine Vandenheeden | Mise en scène et écriture : Claudia Bruno | Dramaturgie : Bastien Deleixhe | Soutiens : Emergence (l'Acteur et l'Ecrit) - Centre des écritures dramatiques – SACD (bourse à l'écriture) - Le Corridor. Mais aussi : Pierre de Lune et Rhizom-Art (dans le processus d'écriture à la mise au plateau) | Durée: 40'

amour.jpg

Peut-on encore mourir d’amour ? parle… d’amour. Ce sentiment mystérieux, impré-visible, volatil, énerve les « control-freaks ». La manière dont il s’exprime serait, d’après la sociologie, non pas innée mais acquise. Elle évoluerait avec ses représentations cultur-elles et les normes sociales en vigueur.

En Belgique, en 2022, on vit dans une société patriarcale hétéronormée. Comment faire quand on est une femme qui a envie de vivre des histoires d’amour très romantiques et très intenses mais aussi égalitaires et libérées des normes ?

Sur scène, deux femmes, une baignoire, des fleurs et un synthé. Judith et Ophélie, jouées par Stéphanie et Lisa, sont amies. Elles chan-tent régulièrement (du Coup de soleil de Richard Cocciante à des chansons contem-poraines et des compositions personnelles).

Elles convoquent la pop-culture et la culture tout court (de Love actually à Marguerite Yourcenar) pour parler d’amour, de patri-arcat, de femmes mortes et de femmes vivantes, de lesbianisme politique et d’amitié.

 

Jeu, écriture, mise en scène : Lisa Cogniaux | Jeu, aide à l’écriture & à la mise en scène : Stéphanie Goemaere| Dramaturgie : Agathe Meziani | Costumes, regard

extérieur : Rita Belova | Arrangeuse, compositrice : Maïa Blondeau | Prod. Les CN asbl | Coprod. : le centre culturel de Dinant | Soutiens : Le 140, le Boson, La Forge, le Théâtre des Doms | Durée : 40'

TITRE POUR LE WEB.jpg

La Plateforme Factory prend ses quartiers d’hiver au Festi-val de Liège !

Dédiée aux artistes émergent·e·s de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la plateforme Factory soutient les artistes qui travaillent sur leur premier, second ou troisième projet via 3 axes principaux :

 

LES COMPAGNONNAGES : accompagnement en production et administration.

LES RESIDENCES REMUNeReES :  temps de recherche et de répétitions au plateau.

L'EDITION FESTIVAL DE SEPTEMBRE : visibilité et premiers contacts avec les professionnel·le·s des arts de la scène et le public.

Afin d’étendre ses opportunités de visibilité, la Plateforme Factory présentera, chaque année, un focus hiver avec 3 projets en devenir.

Ce focus aura lieu une année sur deux lors de la biennale du Festival de Liège, l’autre année en décentralisation en Wallonie (Maison de la Culture de Tournai, Théâtre de Namur, le Varia…).

L’occasion assurée de continuer à découvrir les spectacles de demain…

27-World-wide-web copie.jpg
logo facebook.png
bottom of page